Contact

La Trouvaille

Expériences, savoirs et stratégies communes pour l’égalité

Collectif d’éducation populaire politique

contact@la-trouvaille.org

 

Siège social

11, square de Galicie

appartement 4293

35200 Rennes

 

Annaig Mesnil

annaigmesnil@la-trouvaille.org

06 43 71 26 02

Katia Storaï

katiastorai@la-trouvaille.org

06 89 68 41 07

 

 

3 commentaires

  • 7 mars 2015 at 12 h 12 min
    Permalink

    Bonjour, étant moi même, mais un peu isolé à Angers, dans des problématiques de comment faire de la transformation sociale par et avec de l’éducation populaire, après 10 ans de direction d’une compagnie de théâtre dans un quartier populaire ; et le sentiment d’être passé à côté par manque de savoirs et de recul, je tenais à vous dire que quelque part je vous envie de cette émulation collective et surtout j’avais envie spontanément de vous souhaiter de bonnes trouvailles et de bonnes pas trouvailles (pour continuer à chercher…).
    Ayant décidé de faire quelques formations au sein des scop du réseau La Grenaille, peut-être nous croiserons nous…
    Un message de remerciement pour Alexia dont j’ai trouvé le mémoire passionnant à lire.
    Bonne route et belle vie à vous toutes et tous.
    David

  • 14 mars 2015 at 14 h 45 min
    Permalink

    Bonjour les Trouvailleuses,
    Cela m’a émue de vous trouver sur la toile… Le courage de la lutte me fait toujours cet effet.
    Je vous souhaite une très belle aventure, à la fois passionnante et apaisée.
    En tous cas, elle sera assurément utile à toutes celles et tous ceux qui croiseront votre chemin, votre travail et votre engagement.
    Bien à vous,
    Selma

  • 5 juin 2015 at 18 h 13 min
    Permalink

    Je suis profondément touchée par votre réflexion sur le monde d’aujourd’hui. Vous parlez à mon cœur. Bien que je n’ai jamais fait de politique, ni de social, j’ai toujours cru que c’était ma voie d’agir pour le bien du plus grand nombre d’entre nous. Je vous raconte mon histoire en espérant ne pas vous ennuyer. J’ai 31 années d’univers de la parfumerie (création) dont 11 en tant que parfumeur, nez ou compositeur de parfum. Je suis issue d’un milieux ouvrier du sud-ouest et je me suis retrouvée très isolée en tant que cadre dans cette industrie(Je ne pensais pas comme les autres) tout en faisant partie de groupes internationaux de chimie énormes. Un jour, la filiale provinciale française (18 personnes) pour laquelle je travaillais a été vendue à une entreprise moyenne Grassoise, après deux ans de « torture » et 16 ans (d’ancienneté) de bons et loyaux services (Je leur ai rapporté des millions), j’ai été mise à la porte comme un vieux meuble (Je vivais seule avec deux enfants adolescents). Ils m’ont grillé en racontant que j’avais volé des documents confidentiels et je n’ai plus jamais trouvé de travail. J’étais honnête et je pensais avoir une valeur dans l’entreprise, personne ne m’a soutenue alors que j’en connaissais certains depuis plus de 10 ans. J’ai eu mon indemnité de licenciement économique ( ils m’ont remplacé tout de suite) puisque malgré les percussions je n’ai pas démissionné. J’étais tellement abattue que je n’ai pas eu la force de faire un procès aux prud’hommes. Au bout d’1 an et demi de chomage, l’ école de parfumerie de Grasse m’a demandé de donner des cours, d’enseigner mon savoir faire. J’ai eu peur car à part mon BAC technique de chimie, je suis une autodidacte, mais ça m’a parlé. J’ai réfléchi à comment enseigner mon savoir faire et j’ai commencé. J’ai découvert que je donnais, à travers mes cours, beaucoup de bonheur aux gens et ça me passionne. J’ai depuis cinq ans une petite entreprise et je produits et j’anime des ateliers sensoriels dans lesquels j’explique entre autre que les parfumeurs n’ont aucun don particulier, que sentir est donné à tous, que nous sommes égaux. A travers les huiles essentielles et les émotions que leurs odeurs nous procurent, je fais passer un message sur l’écologie, et sur le conditionnement de notre société ( comment nous sommes manipulés au travers de nos psycho-émotions) par l’industrie de la cosmétique, du parfum, de la détergence et donc dans tous les autres domaines. J’essaie de restaurer leur lucidité, leur confiance, leur révolte, et surtout leur compassion. A la fin, j’ai l’agréable sensation qu’ils se sentent bien dans leur peau, responsables, heureux et surtout que ce ne sont plus des moutons. Tout ça pour vous dire que j’aimerai et que je pense pouvoir faire quelque chose dans le sens d’aider les gens à se sentir mieux dans une société inhumaine.

Comments are closed.