La Trouvaille reprend du souffle

La Trouvaille reprend du souffle…

Nous – Katia Storaï (ex coopérative du Vent Debout), Alexia Morvan et Annaïg Mesnil (ex SCOP le Pavé) – sommes heureuses de vous donnez quelques nouvelles après une année passée à travailler au montage de notre association La Trouvaille.
Francine Mahé, notre compagnonne de route qui était également coopératrice au Pavé, est notre soutien et conseil dans ce montage.
La Trouvaille est une des deux structures issue de la dissolution de la coopérative d’éducation populaire Le Pavé. Pour davantage d’informations, vous trouverez notre manifeste de fondation sur notre site : http://la-trouvaille.org/du-pave-a-la-trouvaille/ également sur le site du Pavé http://www.scoplepave.org/ sur les refondations de la Trouvaille et du Contrepied.
Que faisons nous ?
Nous créons un laboratoire de recherche populaire, une structure qui collecte des savoir-faire de lutte au travers :
  • d’accompagnements d’action-recherche, méthode qui consiste à créer du savoir et de l’action en repartant des pratiques, doléances, cahiers de revendications, pour transformer les structures
  • d’accompagnement de collectifs/équipes/collectivités sur des thèmes comme la démocratie interne, les missions de service public, l’organisation du travail, la question des discriminations au sein des structures et des équipes…
  • de formations in situ et formations thématiques
  • d’un espace de ressources, de publications, de productions écrites, audio, vidéo
Cette première année nous a permis de nous éprouver en tant que collectif, de faire nos premières trouvailles de fonctionnement, de pressentir les potentiels chantiers, les portées politiques stimulantes de nos désirs communs, le sentiment de nos possibles. Mais également d’entrevoir les ouvrages prioritaires des suites à donner à ce collectif après ce premier cycle de fondation. Nous pensons notamment à la mise en œuvre d’une approche matérialiste visant à tenir compte partout, tout le temps, en interne et dans les espaces de travail, des conditions matérielles dans lesquelles nous évoluons, des places et des trajectoires sociales.
Et depuis un an que s’est t-il passé ?
Ben on n’a pas chômé!
En parallèle des diverses tâches administratives que nous a demandé le montage de notre association, nous avons travailler à l’écriture d’une revue critique sur le management participatif et la privatisation des services publics intitulée « Débrayage en cours… Contre la colonisation managériale. Analyses et résistances » Cette revue sortira début 2016 sous forme d’un coffret réunissant 3 cahiers et le dvd de la conférence «Inculture(s) 9 – Exploiter mieux pour gagner plus ».
Présentation : « Aux origines de ces cahiers, il y a nos colères. Nous avons vécu, comme beaucoup, des expériences de travail destructrices, jusque dans nos intégrités, nous avons été empêchées dans l’exercice de nos métiers, privées du sens que nous souhaitions y mettre.
Nous désirons, au travers de cette revue, donner à voir quelques formes de résistances aux attaques incessantes que nous subissons dans les stratégies coercitives de mise en servitude que l’on soit « en emploi » ou contraint de s’y soustraire, parents, enseignant.e.s, enfants par rapport à l’évaluation-contrôle, précarisé.e par rapport au logement, classé.e.s et hierarchisé.e.s parce que, femmes, socialement racisé.e.s, jeunes, et/ou issu.e.s de classe populaire…
Nous souhaitons débusquer et déconstruire les formes pernicieuses d’attaques du capitalisme contre ce que nous sommes toutes et tous : des sujet.e.s sachant.e.s et à même d’en savoir toujours plus sur les oppressions que nous subissons et les manières de pouvoir s’en libérer. Nous désirons organiser la part révolutionnaire de nos désirs dans une perspective émancipatrice.»
Nous avons également participé à un vaste chantier sur le patriarcat ouvert au sein de notre réseau de coopératives d’éducation populaire « La Grenaille ». Un travail collectif d’écriture a rassemblé des éducatrices populaires. Après une longue année de gestation, une brochure-livre intitulée « Éducation Populaire et féminisme : récits d’un combat (trop) ordinaire. Analyses et stratégies pour l’égalité » paraîtra au premier trimestre 2016.
couv féminisme et ep(couverture temporaire)
En avant-première, nous vous en livrons une courte présentation :
« Voici un ouvrage écrit par 11 femmes qui ne sont ni écrivaines, ni spécialistes, ni universitaires et qui, dans ce travail d’écriture collective, ont été tout ça à la fois. Elles ont en commun de travailler dans un réseau d’éducation populaire.
Ce réseau se revendique en résistance contre toute forme de domination (sexisme, racisme, classisme), et propose des formations pour s’armer contre ces systèmes d’oppression, mais comme bien d’autres organisations, n’a pas été capable de penser ces questions en interne. Un réseau qui se découvre traversé par le sexisme et le patriarcat. Un réseau qui hiérarchise les luttes.
Le déclencheur c’est l’agression sexuelle d’une d’entre elles par un homme de ce réseau.
Cet ouvrage relate le vécu des femmes de ce réseau, les enseignements, et les pistes stratégiques qu’elles ont mises en œuvre. Conscientes de la banalité de ces situations, elles ont, par cet ouvrage, souhaité rendre visible les mécanismes à l’œuvre, les stratégies qu’elles ont élaborées et leurs tentatives de fabrication de droits en interne.
Une histoire d’éducation populaire, une histoire de paires qui se reconnaissent divisées mais choisissent de faire classe et qui en se parlant, comprennent et analysent leurs situations communes. Elles ont écrit pour que leurs réflexions et perspectives d’actions puissent faire écho, ailleurs, à d’autres histoires, et alimenter d’autres aventures collectives et d’autres luttes.»
Pour se procurer ces deux productions, envoyez nous un mail à
contact@la-trouvaille.org, nous nous en occupons à compter du 1er avril 2016.
Nous avons également participé à divers chantiers, formations, organisations… dont voici la liste en vrac :
  • organisation et production autour d’un espace d’action recherche sur l’autogestion  avec les salarié.e.s ayant quitté une des coopératives d’éducation populaire du réseau (et plus largement)
  • implication dans le collectif du réseau de la Grenaille (participation aux instances notamment)
  • moments collectifs de production de savoirs et d’analyses, matière à de futures productions écrites et supports d’expérimentation
  • écriture collective d’articles. Voir notamment la revue Silence, article parut dans le n°440 de décembre 2015 et consultable sur notre site http://la-trouvaille.org/notre-article-dans-la-revue-silence-de-decembre-2015-pour-une-education-populaire-politique/
  • interventions en formation initiale (DHEPS, DEIS, DU, DESJEPS…) et sur des formations professionnelles (entraînement mental, accompagnements d’équipe in situ etc.) parfois en complicité avec l’association Questions d’égalité, la SCOP l’Engrenage )
  • transmission et partage avec des camarades des ressources pour l’éducation populaire politique et la lutte
Nous avons continuer de nous former à l’entraînement mental à Liège avec « Peuple et culture Wallonie ». Nous avons profité de stages syndicaux (“subvertir la pédagogie” par Sud Educ/ CNT/ Questions de classe), de colloques (« Penser l’émancipation »à Nanterre, Labocoop à l’université Paris 8 etc.), de soirées militantes (féminisme, salaire à vie) et nous avons fait des rencontres, des lectures stimulantes et affiner nos appétits pour la suite.
Pour 2016 quoi de neuf ?
Vous pourrez nous retrouver en avril et en juin 2016 : nous co-animons 2 formations « Pensez les rapports sociaux et lutter contre les discriminations » avec l’Engrenage et l’Orage.
du 26 au 29 avril 2016 avec la SCOP l’Engrenage à Tours
du 6 au 8 juin 2016 avec la SCOP l’Orage à Grenoble
Vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire auprès de nos collègues de l’Engrenage (contact@scoplengrenage.org – 02 47 67 40 82) et de l’Orage (contact@scoplorage.org – 09 51 87 50 35)
Pour le reste n’hésitez pas à consulter notre site http://la-trouvaille.org
Et pour l’heure, reprenons du souffle…
Depuis la fin de nos aventures dans nos SCOP Vent Debout et Le Pavé, nous aspirons à un temps de « jachère », qualifié ainsi et recouvrant tout à la fois un besoin de débrayage, de ressourcement, de retraite, d’échappées belles, que d’inspirations en d’autres expériences. Nous souhaitons pouvoir prendre du champ, du recul, se questionner, notamment sur ce que nous avons vécu en terme de rationalisation du temps et de modèle entrepreneurial d’organisation du travail.
En bref, nous avons besoin de « souffle » dans les différents sens du terme.
Nous sommes fières de vous annoncer qu’après cette première période de refondation/montage/création, la Trouvaille a à cœur de prendre soin de ses trouvailleuses pour qu’elles se ménagent, s’égayent, puissent se ressourcer intellectuellement et militer gratuitement, puissent aller enquêter dans des ailleurs sur ce qui leur tient à cœur : le droit comme outil de résistance au patriarcat, comment se pratique l’autogestion dans d’autres collectifs radicaux ? Quels potentiels et quelles mises en œuvre pour un salariat comme institution émancipatrice*?
Cette période de jachère (depuis le temps qu’on l’attend !) de janvier et février 2016 a pour vocation de permettre à ses trouvailleuses de se reposer et de se « désaliéner », d’aller nourrir leurs hypothèses dans l’exploration d’autres collectifs ou rencontres. Chacune aura le loisir ou non de nourrir le site internet et d’intervenir, seule ou à plusieurs, au nom de la Trouvaille, si elle le souhaite, en respectant l’esprit et le cadre de cet outil commun.
Pour cette période, nous mettons en place une réponse automatique de mail pour expliquer notre situation ainsi qu’une « veille » tournante sur les mails, qui nous permet de faire des réponses plus personnalisées aux sollicitations auxquelles nous souhaiterions donner suite, et pour envisager des coopérations pour l’année 2016, une fois les trouvailleuses ressourcées.
Nous vous donnons rendez-vous le 1er avril 2016 (…si, si !!) ou avant, au détour de notre nomadisme.
D’ici là, ménageons-nous !
Katia, Alexia et Annaïg, trouvailleuses en goguette

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *